Connexion

Blogue

Imaginez les avenirs possibles : à quoi vous accrochez-vous dans l’ère postpandémique?

« Au fil de l’histoire, les pandémies ont amené les humains à rompre avec le passé et à voir le monde avec de nouveaux yeux. Il en est de même pour la présente pandémie [de  COVID-19] : c’est un portail, une passerelle entre deux versions du monde. Nous avons le choix d’y passer en apportant bon gré mal gré tous les bagages de nos idées reçues et nos préjugés…ou nous pouvons nous débarrasser de ces fardeaux et avancer d’un pas léger, prêts à accueillir un nouveau monde – et à le défendre. » 

- Arundhati Roy, 2020

Effectivement, l’année scolaire 2020-2021 a contraint les enseignants, les élèves, et les administrateurs à voir le monde d’un œil neuf. Évidemment, il y a eu toutes sortes de défis et d’écueils, mais en même temps c’était une occasion de réfléchir, repenser, et renouveler.
 
EPS Canada a assisté de près à l’adaptation et à l’évolution de l’éducation physique et à la santé (EPS) à travers le pays. D’après nos observations, nos collègues de l’EPS se sont retroussé les manches et ont à maintes reprises fait preuve de résilience, d’innovation, et de créativité en créant des expériences enrichissantes pour leurs élèves durant cette période difficile.
 
Au début de cette nouvelle année scolaire, nous conseillons, suggérons, et encourageons un mouvement collectif pour abandonner l’EPS telle qu’elle s’enseignait avant la pandémie. La COVID-19 nous a amenés tous et toutes à réfléchir aux besoins des élèves, à repenser les priorités, et à renouveler les programmes.  
 
Ayant observé de près les rebondissements de la dernière année et demie, nous consignons ici des exemples pratiques de ce que nous avons vu, entendu, et expérimenté au cours des dix-huit derniers mois. 
 
Les élèves s’intéressent davantage à la joie du mouvement et aux bienfaits de l’activité physique, notamment en lien avec le bien-être mental.
 
Les enseignants ont élargi leur répertoire d’approches et d’activités, et ont défini de nouveaux moyens de cultiver un amour pour les activités en plein air. En même temps, ils ont trouvé des environnements alternatifs pour enseigner, et ils ont privilégié le bien-être mental. Il en est résulté un contexte d’EPS plus inclusif. L’environnement virtuel a renforcé les liens à travers le pays et a développé les réseaux de perfectionnement professionnel des enseignants. 
 
Les administrateurs ont mis d’avant la notion des écoles en santé, et nous pouvons espérer que cette tendance va durer. Il y a une appréciation qui se manifeste pour les effets positifs de l’EPS et il y a raison de croire que cette tendance s’installe pour de bon. 

Les communautés ont dû s’adapter aussi, et on voit maintenant des familles qui font des promenades à pied ou à vélo, des enfants qui jouent à l’extérieur, et des villes qui réaménagent les voies pour les rendre plus accessibles à tous et pour promouvoir l’activité physique. 

 

Récapitulatif de l’an dernier

what-weve-seen-fr.png
(toutes les photos utilisées dans cet article ont été recueillies auprès d'éducateurs de tout le Canada pour la vidéo d'appréciation d'EPS Canada 2020, voir la vidéo complète ici).

Ce que nous avons observé :

  • 75% des enseignants enseignent exclusivement à l’extérieur
  • Des adaptations créatives qui s’apportent aux sports et aux jeux - par exemple, le baby-foot géant, le curling avec des bols à soupe 
  • Intégration de l’éducation en plein air et l’apprentissage en lien avec la terre dans les cours d’éducation physique (EP) 
  • Les classes inversées pour renforcer l’apprentissage
  • Davantage de minutes dédiées au bien-être tout au long de la journée
  • Des réunions en marchant à l’extérieur
  • Un taux de participation et de disponibilité accru aux activités de perfectionnement professionnel en ligne (webinaires, ateliers, etc.)
  • Liens transdisciplinaires entre l’EP et les autres matières
  • Les enseignants d’un bout à l’autre du pays qui partagent entre eux des idées d’équipements et des processus de désinfection 
  • Les conseils scolaires qui partagent avec les familles de leur communauté des ressources de santé mentale et de mieux-être traduites en plusieurs langues
  • Les districts scolaires qui mettent le bien-être sur pied d’égalité avec – et le considèrent comme un préalable à – l’enseignement de la lecture, l’écriture, et les calculs
  • Les familles qui sortent ensemble faire des randonnées dans les parcs et les espaces verts de leur communauté/quartier
  • Les parents/proches aidants s’engagent de manière plus active dans l’éducation physique et à la santé des élèves
  • Les élèves sont plus sensibles à l’environnement qui les entoure, notamment les endroits, les options, et les équipements pour jouer et être actifs dans leur communauté

Ce que nous avons entendu :

  • Les liens se sont resserrés parmi les enseignants, et cette solidarité a aidé à surmonter les défis posés par le contexte d’enseignement en ligne
  • Les élèves s’impliquent au processus de planification et veulent se faire entendre
  • Le bien-être est mis de l’avant comme priorité nationale et scolaire
  • L’heure est aux thèmes de l’apprentissage socio-émotionnel, la résilience, et les approches informées par le traumatisme
  • Une progression vers une EP moins traditionnelle, moins axée sur les sports, favorisant la pleine participation de tous les élèves
  • Il y a ÉNORMÉMENT d’activités amusantes et enrichissantes qui peuvent se faire avec comme seul équipement une paire de chaussettes!
  • La santé et le bien-être doivent être une grande priorité dans le cadre d’une approche d’apprentissage holistique – il faut leur accorder le même poids que l’écriture, la lecture, et les calculs. Il n’est pas question de choisir entre la scolarité et la santé. Si les deux sont privilégiées, les résultats des élèves vont s’améliorer à travers toutes les facettes de leur apprentissage, et en même temps nous pouvons redresser les inégalités systématiques dans et par le contexte éducatif.

Nos actions :

  • Mise à jour de 10 documents d’orientation pour mieux soutenir les enseignants 
  • Plaidoyers auprès de différentes instances gouvernementales pour inclure l’EPS dans tous les plans de programme scolaire
  • Mise sur pied du Centre d’apprentissage d’EPS, avec ses 234 activités à faire à la maison/adaptées aux consignes sanitaires
  • Facilitation de milliers de liens professionnels sur le plan national via le programme des Rendez-vous pancanadiens
  • Mise en place de possibilités de perfectionnement professionnel par l’entremise de notre Congrès national et notre Forum de recherches
  • Collaborations avec d’autres organisations d’EPS pour la co-création et la présentation de contenus
  • Pilotage d’approches alternatives en EP, en vue d’augmenter l’intégration et l’équité

Nos espérances :

  • L’éducation physique et à la santé continuera d’être considérée comme faisant partie intégrale du développement de l’enfant
  • Les enseignants vont continuer de se prévaloir d’environnements d’apprentissage en plein air tels que les forêts, les rues, et les parcs, pour les cours d’éducation physique
  • Les nouvelles activités qui ont été créées ou incorporées au programme cette année continueront de favoriser des environnements d’apprentissage plus inclusifs, enrichissants, et accueillants
  • Les voix et les choix des élèves continueront de s’inscrire dans les programmes, pour créer une EP favorisant la pleine participation de tous et de toutes
  • Les liens et les relations qui se sont développés à cause du virement à l’apprentissage en ligne vont se poursuivre, et continueront de contribuer à une EPS à la fois créative et de haute qualité
  • La santé et le bien-être vont être intégrés à travers les systèmes scolaires dans leur ensemble, et reconnus en tant qu’aspects essentiels de tout contexte éducatif

 

À la veille de l’année scolaire 2021-2022

Il est indéniable que la santé et le mouvement sont des aspects essentiels de l’éducation, et les liens avec la réussite scolaire n’ont jamais été plus évidents. Notre collectivité de l’EPS a très hâte de rencontrer ses élèves et de mettre en pratique ses compétences en vue de contribuer à l’apprentissage permanent de chaque élève, et aussi au processus de guérison post-pandémique.  
 
EPS Canada s’est entretenue avec bon nombre d’éducateurs d’EPS à travers le Canada pour s’informer sur les démarches qu’ils ont prises afin de s’adapter aux maints rebondissements de la pandémie de COVID-19 et également pour demander les conseils qu’ils offrent aux collègues, aux élèves, et à la discipline de l’éducation physique et à la santé pour la reprise des classes cet automne.

exterieur.png

Continuez d’enseigner à l’extérieur :

Continuez d’enseigner à l’extérieur et continuez d’élargir votre répertoire d’activités de plein air!

exterieur.png

Soyez créatifs :

Les restrictions de distanciation et de partage d’équipements commencent à s’assouplir : diversifiez les activités en conséquence, et suivez les tendances pour garder l’intérêt des élèves.

exterieur.png

Faites preuve de souplesse :

L’année scolaire 2021-2022 nous réserve sans doute des défis, mais cette fois-ci nous sommes prêts à parer à toute éventualité! Ayez un plan bien défini pour votre programme, tout en reconnaissant que ce programme doit prévoir une certaine souplesse et des adaptations en fonction des élèves, de l’environnement (la météo, etc.) et des restrictions sanitaires changeantes.

exterieur.png

Écoutez attentivement :

Les élèves ont beaucoup appris durant cette pandémie – demandez leur avis sur les aspects de la santé physique et du mieux-être qui leur sont importants et pertinents.

exterieur.png

Évitez de vous enliser dans le passé :

Continuez de développer de nouvelles idées et de faire des activités de perfectionnement professionnel pour vous informer sur les nouvelles approches.

exterieur.png

N’oubliez pas de prendre soin de vous-même :

Félicitez-vous et récompensez-vous et vos élèves pour votre courage et votre résilience. Soyez conscient(e) de vos limites et soyez sensible aux signes que votre corps vous envoie (niveaux d’épuisement, santé, forme, régime alimentaire, sommeil). 

exterieur.png

Élargissez les réseaux et restez en contact :

Continuez de partager les idées qui marchent bien. Aidez-vous les uns les autres à fournir un excellent enseignement et d’excellentes ressources aux élèves. 

exterieur.png

Placez le bien-être au cœur de toutes les activités :

Les éducateurs d’EPS savent que le bien-être n’est pas une « sauce » qui s’ajoute aux autres matières – c’est le plat principal – et les enseignants d’EPS sont les experts dans la matière!! 

exterieur.png

Incarnez toutes les qualités que vous valorisez dans votre programme :

Employez un vocabulaire empreint de bonté et de confiance, qui privilégie la littératie physique. Encouragez vos élèves à utiliser ce même vocabulaire. Soyez un modèle de rôle de bonté, d’empathie, de communication, et d’esprit sportif. 

exterieur.png

Positivez :

Les élèves éprouveront fort probablement une certaine angoisse devant la rentrée scolaire. Observez attentivement leur apprentissage socio-émotionnel et faites en sorte que le gymnase soit un espace positif et sécuritaire pour les élèves.

exterieur.png

Encouragez les élèves à réaliser qu’ils ont des CHOIX et une VOIX :

Démontrez les compétences à tous les niveaux de telle sorte que tous les élèves pourront réussir. Fournissez beaucoup de possibilités de succès dans les cours. 

 

Collaboratrices et collaborateurs :
Melanie Davis, Ellen Long, Shannon Kell, Lee Schaefer, Heather Callum, Jen McKenzie